Actualités

Présentation d’Opportunités d’Affaires le 28 octobre à 18h !

Je vous invite à découvrir le métier de conseiller immobilier indépendant chez IAD France. Cette présentation se déroulera au 13 rue Sainte Ursule 31000 Toulouse (Espace Harrycow) sur une durée d’1h15 environ.

`Pour en savoir plus sur l’organisation de cette POA, je vous invite à me contacter par téléphone au 06 45 72 95 77.

Des taux immobiliers exceptionnellement bas toute l’année 2018, quid en 2019 ?

 

taux interret

Le 15 janvier 2019

Les conditions sont restées exceptionnelles trimestre après trimestre contrairement à ce que l’on pouvait craindre il y a un an avec déjà des signaux qui pouvait laisser à penser à des hausses progressives des taux des crédits courant 2018.

La très longue période de baisse des taux qui a commencé depuis 2009 et qui a permis d’atteindre des niveaux inédits n’a toujours pas pris fin. Les acquéreurs se sont habitués à avoir des taux très bas. Cela leur a permis notamment de compenser une partie de la cherté des prix de l’immobilier en ramenant l’effort d’achat à des niveaux plus habituels avec le passé. Si le prix du logement est élevé, le coût des crédits est lui au plus bas. Ceux qui avaient contracté des prêts immobiliers avant fin 2016 ont dans la majorité fait racheter leur crédit immobilier avec un bien meilleur taux que celui initialement octroyé. De plus, l’ensemble des emprunteurs (les anciens comme ceux de 2018) ont pu profiter des changements de loi au niveau de l’assurance emprunteur qui offre plus de liberté à chacun pour pouvoir changer de contrat sans être engagé pendant une durée de 15, 20, 25, voire 30 ans. Plus d’informations sur l’assurance emprunteur et les économies potentielles. De quoi réduire les mensualités totales de remboursement. En outre, malgré ce contexte très profitable aux emprunts avec un coût des intérêts réduit, la production de crédit immobilier a marqué le pas. En effet, l’observatoire Crédit Logement CSA a noté une baisse du nombre de prêts immobiliers accordés sur 12 mois glissants. Le niveau d’activité reste important par rapport au passé, mais il est déjà loin du niveau-record alors que les taux n’ont pas augmenté : Source : https://www.immobilier-danger.com/Taux-de-pret-immobilier-en-2019-1017.html#avis

Pourquoi il n’y aura pas de fortes hausses des taux de crédit immobilier en 2019

Personnellement, j’ai longtemps cru que cette période de forte baisse des taux ne pourrait que se finir par des augmentations tout aussi régulières. Habituellement, quand la Fed, la banque centrale américaine, augmente régulièrement ses taux directeurs, la BCE suit le même mouvement avec quelques mois de décalage. Or cela fait plus de 2 ans que la Fed augmente progressivement ses taux directeurs sans que la BCE ne réagisse. Il faut dire que les situations économiques ne sont pas les mêmes en Europe et aux États-Unis. On se retrouve donc avec un fort décalage dans les politiques monétaires et plus le temps passe et plus je suis sceptique sur la capacité de la BCE à réellement remonter ses taux autrement que de manière anecdotique et symbolique. Beaucoup de personnes annoncent une augmentation des taux immobiliers à partir du 2ème semestre 2019 suite aux déclarations de la BCE qui envisage une possible hausse des taux directeurs « pas avant l’été 2019 ». Mais « pas avant l’été 2019 » ne signifie pas qu’il y aura réellement une augmentation des taux de la BCE en juin 2019 à la rentrée de septembre 2019. Il peut se passer beaucoup de choses d’ici là. Depuis ces déclarations d’il y a plusieurs semaines, le contexte a déjà commencé à changer : le contexte avec l’Italie, les signes de ralentissement de la croissance et les craintes d’une prochaine récession mondiale, etc. Mis à part une éventuelle petite augmentation symbolique en toute fin d’année 2019 pour les taux de la BCE, il est peu probable d’avoir des changements importants en 2019. La conséquence pour les taux de crédit immobilier sera simple : il ne devrait pas y avoir de gros changements par rapport aux taux d’intérêt moyens de 2018. En outre, les établissements bancaires pourront éventuellement se montrer un peu plus restrictives sur les dossiers trop risqués en demandant un peu plus de garanties (plus de surveillance de l’apport, plus de marges de reste à vivre, etc.) et cela sans que les taux de prêt immobilier n’augmentent. Enfin, avec le dégonflement des prix de l’énergie et en particulier celui du pétrole de ces dernières semaines, cela va mettre un frein important au niveau de l’inflation au niveau européen. Un élément supplémentaire qui n’incitera pas les banques et autres établissements de crédit à augmenter leurs taux pour acheter de l’immobilier. Source : https://www.immobilier-danger.com/Taux-de-pret-immobilier-en-2019-1017.html#avis